Black Sunday, rubrique les Peintres
25 SEPT - 12 NOV 2018

La Tôlerie, Clermont-Ferrand

Un sentiment inconnu, plein d’angoisse, et doux pourtant, lui serrait par instant le cœur ; il baissa la tête, et il lui sembla que l’herbe de la steppe, qui se trouvait presque sous ses pieds, croissait bien loin et bien bas, et qu’elle était recouverte d’une nappe d’eau claire comme la source des montagnes. Cette herbe lui apparaissait comme le fond d’une mer limpide et transparente jusqu’en ses ultimes profondeurs.

Extrait de Nicolas Gogol, Vij, Editions Ombres, 1992, p. 21

Au hasard des manipulations, des découpes et des recadrages, Lauren Coullard construit un espace dans lequel apparaissent des figures hybrides dont les détails sont mis en relief. Combinés, ils créent un effet de surimpression. Les strates formées de chutes d’images rappellent les chutes de tissus ou de costumes, autant de filtres qui amènent à la disparition du motif original et en perturbe sa lecture. Cette mutation créé dans le même temps un véritable tableau vivant.

émission du Cri du loup
https://soundcloud.com/user-18291470/lecriduloup-lauren-coulard-01-export00003-souncloud


Black Sunday, 2018 


Vue d'exposition, 2018